Accéder au contenu principal

Ennio Morricone et moi


Ennio Morricone - portrait
Ennio Morricone

La disparition récente, le 6 juillet dernier, de celui qui se faisait appeler "Maestro" m'évoque des souvenirs d'enfance. Je dois en effet à Ennio Morricone mon envie d'écrire de la musique et plus précisément, je lui ai dédié ma toute première partition intitulée "L'épopée fantastique".
À cette époque - je devais avoir 13 ou 14 ans - j'étais fasciné par ce compositeur qui utilisait des sons inhabituels dans ses musiques : cris d'hommes ou d'animaux, choeurs "criés" ou "scandés", objets, sifflements, basse slappée, thèmes classiques déformés... Une écriture précise et pleine de motifs faciles à retenir, des mélodies travaillées et souvent dramatiques. Tout le monde, même les non-cinéphiles, peut siffler ou chanter un thème de Morricone.
Son chef d'oeuvre, à mon sens, est la musique du film "The Mission". Lui-même avouait qu'il en était particulièrement fier. Il avait d'ailleurs refusé toute utilisation de cette musique à des fins publicitaires.

Ennio Morricone a pendant longtemps nourri mon espoir de devenir aussi compositeur de musiques de films, chose qui ne s'est pas faite... Mais ceci est une autre histoire...

Commentaires