Accéder au contenu principal

Rétrospective 2019

La fin de l'année pousse au bilan, ne serait-ce qu'un bref coup d’œil par-dessus l'épaule pour voir le chemin parcouru. Pourquoi cette année plus qu'une autre ? Sans doute parce qu'il s'est passé quelque chose d'étrange presque contre-nature pour moi : je n'ai rien créé.

C'est un détail pour vous mais pour moi cela veut dire beaucoup. Oui, la citation est un excellent palliatif au manque d'idées personnelles. (Cette dernière phrase est aussi une citation de Marcel Pagnol. La première est de Michel Berger.)

Cette année 2019 fut donc une année de jachère créative, non sans quelques petites angoisses...

En effet, ce silence m'a valu quelques moments de doutes : et si c'était fini ? Et si la musique ne revenait pas ? Pire, et si je n'en avais plus envie ? Puis vient cette question si pénible : à quoi bon faire de la musique (ça fait un moment que je me la trimbale, celle-là) ? Ce qui revient à dire : pour qui faire de la musique ? À tout but, un public...

Nan mais parce que il faut se l'avouer un jour, on ne fait pas de la musique gratuitement, comme ça. Correction : je ne fais pas de la musique pour la seule beauté du geste ; j'ai essayé et pour le moment, j'ai échoué. Il y a toujours un but, une jubilation du créateur. Il y a toujours une intention, une envie d'embarquer avec soi celles et ceux qui écoutent ou mieux, il y a une fierté à créer. Je peux même dire que c'est l'encre de ma plume ! C'est parce que je suis déjà fier de ce que va être mon oeuvre que j'arrive à la créer ; j'ai foi en elle. C'est cette foi qui est le moteur même de la création. Et c'est cette foi qui me fait aujourd'hui défaut.

En résulte cette année 2019 silencieuse. En revanche, je ne peux pas dire qu'il ne s'est rien passé : je n'ai pas chômé pour tout ce qui est hors artistique. Changement de travail, achat de maison et... mariage. Oui, rien que ça ! La vie s'est montrée généreuse !

Si au départ, mettre en pause la musique m'a semblé angoissant, cela s'est révélé instructif et sans doute même salvateur pour retrouver le goût d'écrire, l'envie de créer de nouveaux paysages sonores. Une chose est sûre : l'appétit vient en mangeant. C'est en faisant que l'on redécouvre sa jubilation. Un bel objectif pour 2020.